Gisèle Pfleger Sophrologue RNCP

Acouphènes - Hyperacousie

Le  Vendredi 11 aout 2017 à partir de 19h30

A eu  lieu au cabinet de Sophrologie G. Pfleger à Hochstatt, une douce soirée d'été en compagnie des fées.

    Une comédienne, Virginie Parison,  est venue faire la lecture d'un livre ayant pour titre ''Alsatians et le peuple magique''de Gisèle Pfleger

Au programme:

Nous avons vécue un moment magique, enveloppant bienveillant, chaleureux. Tout le monde est partie ravie d'avoir pu partager ce moment avec Virginie la comédienne qui, avec un énorme talent, a donné vie au personnage et les fées, les elfes, les dolls et les trolls ont fait ressentir leur présence tout au long de notre soirée. Marie du groupe Marienko nous a chanté quelques morceaux de son répertoire, ce qui a donné une couleur spontané et joyeuse à notre soirée. Nous avons pris le temps de partager une collation et de mieux nous connaitre. A refaire dès que possible, avec d'autres textes, d'autres auteurs, si les fées le veulent bien...
MERCI, toute notre gratitude à tout ceux qui ont partagé ce moment avec nous, A bientôt !
 



Je me consacre également à l'écriture et suis l'auteure d'Alsatians et le peuple magique, mon premier récit.


Étant passionnée par le petit monde, fées, elfes etc, ce livre est un conte qui ramène à la douceur de l'enfance.


Il relate l'histoire de 8 enfants dépositaires d'une magie particulière. Elfes, fées, dols, nains, vivent parmi les Alsatians et les soutiennent en période difficile. L'ombre de la confusion souhaite s'emparer de leur conscience, les Alsatians vont, avec l'aide des créatures de la nature, mettre tout en œuvre pour se libérer, mais vont ils y arriver?


A mon amie Aubépine

Diponible en ligne :

ebook,  kindle, sur amazon, FNAC : 6, 49 euros

Format papier : 12.80 euros.

quelques exemples de contes écrits par Gisèle Pfleger


La petite fille qui disait non!©


Neni était une petite fille très jolie, qui vivait dans le village du "non", ce village était bordé d'une rivière que l'on appelait "liberté", mais personne ne venait boire son eau, mais chacun se vantait de connaître le secret de cette rivière. Le village du "non" était gouverné par la reine de la peur qui, il y a quelques années, avait annexé toute la région du tréfonds (c'est ainsi que s'appelle le royaume dont ce village fait parti).

Au delà de la rivière se trouve la terre des ''d'accord-oui'', sur cette terre vivent les gens qui boivent l'eau de la rivière chaque jour. Ils connaissent l'histoire du village du ''non'', mais ils ont aussi compris qu'ils ne veulent pas d'aide et se disent heureux dans leur non. La reine de la peur a réussi à faire croire au villageois qu'ils étaient heureux et qu'ils obtenaient tous ce qu'il veulent, mais il suffisait à un étranger de s'approcher d'eux pour qu'il se rendent compte du puit de leurs souffrances. Souffrance qu'ils niaient bien entendu et qu'ils mettaient sur le compte de l'âpreté de la vie, des sacrifices qu'il faut faire au nom de la vie!!! Comme si la vie était âpre ou demande des sacrifices??? Mais qui aurait pu leur dire? Ils étaient également de la catégorie des mentals intelligent, pensaient être les dépositaires d' un grand savoir, et quiconque cherchait à élevé leurs esprits se voyait fustigé d'un non et bien sure, les portes du village se fermaient, à nouveau, pour un temps indéfini!!!! La peur était si importante dans ce village que tout ce qui était différent était un danger. Oh! bien des gens ont essayés de les guider vers la liberté, la légèreté de l'être mais rien n'y faisait...

Dans ce village vivait Neni, cette petite fille était différente des autres elle était très curieuse et bien qu'elle ai été bridé par la reine de la peur, de temps à autre elle traversait la rivière, se cachait dans un champs et observait les habitants du village ''d'accord-oui'', tout lui paraissait curieux, ils n'étaient pas riche, pas intelligent, et pourtant ils riaient, s'entraidaient, mangeaient ensemble, semblaient même s'aimer, si toutefois Neni connaissait le sens de ce mot... Elle se disait que c'était sûrement du à leur intelligence inférieur, et qu'ils n'avaient pas conscience de l'importance de ce qu'ils vivaient, n'étaient ils pas obligés de manger tous ensemble, parce qu'ils étaient sûrement trop pauvre pour ne pas partager, ah! pensait elle comme le roi de ce village est cruel de les forcer à faire tout cela ensemble, elle n'avait pas accès à la pensée simple que ces gens font cela car c'est leur choix et que ça les rend heureux, la reine de la peur avait bridé sa pensée.

Mais plus important encore, elle ne savait pas que tous ces gens savaient qu'elles les observait, et ils l'a laissait faire, sans se poser de question, car ils acceptaient simplement ce qui est et ne mettaient aucune émotion ni de plaisir ni de colère dans cette situation, pour eux c'était simplement juste et bon comme la vie. Bon et mauvais, dans le village des ''d'accord-oui", n'a rien à voir avec amour et haine ce ne sont pas des émotions mais des constatations pour améliorer la vie.

Un jour la prêtresse ''d'accord-oui'' attrapa Neni, et l'emmena dans sa case, elle caressa les cheveux de la petite fille tout en utilisant son pouvoir de clairvoyanceet ce qu'elle vit l'attrista!!! Elle vit un homme couché sur une toute petite fille entrain de lui arracher le coeur et de le remplacer par une pierre noire. La petite fille l'a regardait confiante n'ayant pas idée de ce que sont corps qui cherche la paix avait restitué comme image à la prêtresse. La prêtresse compris la détresse des gens du village du ''non'', mais que faire. Ils ne veulent pas d'aide, pas d'amour. Alors elle dit cette formule en touchant le front de Neni.:


"Que la vie entre en toi, que sa puissance divine ne fasse plus qu'un avec toi, Libérer, lâcher, la corne de l'oublie puise dans ta mémoire toutes les clefs qui donnent sur une souffrance et ferme les portes définitivement sur la douleur. Guérison, lumière, joie, seule ces portes s'ouvrent en toi, ton âme se lève et se met en marche, tu es grande, forte, invincible, car ton seul ennemis est la peur, et cette peur n'est rien qu'un implant imaginaire, tu es immortelle car la mort est un éveil, tu es vivante et tout ce qui est mort ressuscite en toi, Vie! vie! vie!.. ici et maintenant et pour toujours."


A ces mots Neni fut soulevée de terre, elle sentit la lumière la remplir et vit comme un immense arc en ciel l'entourer.


Elle ressenti tant de joie, de bonheur, de liberté qu'elle en pleura car tout ce qu'on lui avait interdit était finalement bon, car c'était juste le bonheur.

Neni rentra au village du non, les gens ne la reconnurent plus, elle ne tenta pas de leur expliquer quoi que ce soit, car elle avait aussi compris que chaque personne doit avancer à son rythme, Alors elle envoya un soleil d'amour sur le village en sachant qu'un jour ces anciens compagnons de souffrances sauront voir la lumière.

Elle prit ces affaires et fut accueillis au village du "d'accord-oui", par la prêtresse qui lui offrit l'hospitalité.

Une immense fête fut organisée au nom de Neni que l'on rebaptisa Fortuna. Pour toute ces richesses intérieur qui s'éveillaient en elle...

Ainsi se termine l'histoire de Fortuna qui, enfin, bu l'eau de la rivière liberté....


G. Pfleger

© copyright 2009 - tous droits réservés - Gisèle Pfleger

======================================================================================================================================

Flamie la flamme de bougie qui était myope.©


Il était une fois, il y fort longtemps, dans un temple sacré une petite flamme qui brillait de tous ses feux. Elle était la plus lumineuse, de toutes les flammes de bougies qui éclairaient le temple. On ne voyait qu'elle lorsqu'on entrait dans ce lieu sacré.

Mais elle, que voyait-elle ?

Je vais vous confier un secret... Vous savez tous qu'entre la tige de la bougie et la flamme, il y a un vide, une ombre et Flamie était très myope. Elle ne voyait pas très loin et lorsqu'elle levait les yeux elle ne voyait que l'ombre, et juste un peu de lumière au loin.

Les autres flammes de bougies savaient que Flamie était myope, et lui confirmaient régulièrement avec des rires sarcastiques et ironiques qu'elle n'était que ce qu'elle voyait.


Alors Flamie triste solitaire désespérée, persuadée de n'être que le vide faisait tout pour briller de moins en moins de peur d'être remarquée. Plus elle faisait d'effort, pour diminuer sa lumière, afin de faire taire ses voisines, et plus sa luminosité augmentait. Et plus sa luminosité augmentait et plus elle voyait d'ombre et de vide.

Un jour un grand cierge blanc fut posé à ses côtés. Il observa ce qui se passait autour de lui et vit une flamme bien plus scintillante que les autres, alors il dit d'une voix assurée: -

Eh toi qui brilles si fort!, répond moi, qui es-tu ? Personne ne répondit. Il insista... Mais toujours aucune réponse. Alors il fit couler un maximum de cire et la laissa s'étendre près de Flamie et lui dit :

-c’est à toi que je parle, qui es-tu?

-Comment ?

 dit Flamie, 

-Je ne brille pas, je suis juste une ombre.

Ne vois-tu pas clair ? Tu éclaires le temple bien plus que moi. Ah bon ? Je ne crois pas, dit Flamie.


Alors le cierge, qui en fait était magique, fit apparaître une paire de lunettes spéciale qui permet de voir la puissance de notre luminosité et en fit cadeau à Flamie.

Elle les mit et compris à quel point elle était lumineuse et puissante. Elle à décidé de partager sa force et son expérience avec les autres et de leur enseigner de quelle manière briller le plus. Personne n'a plus jamais ri d'elle.


G. Pfleger

© copyright 2009 - tous droits réservés - Gisèle Pfleger